Social Media Revolution

A défaut d’écrire un article sur ce sujet, voici une vidéo qui résume très bien la révolution qu’engendrent les médias sociaux sur le monde de la communication.

Publicités

Réseaux sociaux, nouvel outil de différenciation entre hommes et femmes !

La guerre des sexes a toujours existé ! Aujourd’hui, elle s’invite même au sein des réseaux sociaux. En effet, selon une étude menée par Helen Nowicka, spécialiste des médias sociaux, dans le cadre de la Social Media Week à Londres en septembre 2011, les hommes et les femmes utiliseraient les réseaux sociaux pour des usages différents.

L’ère du Net apporte avec lui son lot de nouveaux termes, nouveaux maux, nouvelles technologies etc. Ainsi, hommes et femmes ne seraient plus issus des planètes Mars et Vénus mais des réseaux sociaux Foursquare et Facebook comme Helen Nowicka le résume dans l’intitulé de son étude à savoir : Les hommes viennent de Foursquare, les femmes de Facebook.

Bien plus que d’évoquer un titre révélateur, voici ce que relate cette étude soumise à plus de 10.000 utilisateurs de réseaux sociaux en Europe.

Concernant tout d’abord la fréquentation des réseaux sociaux, 65% de femmes se rendent sur ceux-ci au moins une fois par semaine contre 51% d’hommes.

Tandis que les femmes fréquentent les réseaux sociaux principalement pour interagir avec leurs amis et familles. Les hommes préfèrent, quant à eux, mettre à jour leurs statuts.

Dans cette idée de renforcer les liens existants, les femmes utilisent les réseaux sociaux pour y lire des messages, y poster des photos etc. Les hommes sont davantage actifs dans la recherche d’information. Ils aiment également visionner des vidéos et jouer en réseau.

Ces premières constatations mènent à conclure que les femmes apprécient les réseaux sociaux pour leurs dimensions sociales et participatives tandis que les hommes les apprécient pour le partage d’idées.

Cette conclusion expliquerait le fait que Pinterest, nouveau-né de la toile, soit utilisé à 80% par la gente féminine. En effet, le site se présentant sous la forme d’un tableau géant sur lequel chacun peut y épingler ses centres d’intérêt, il nourrit et exploite pleinement l’intérêt des femmes pour les images et les photos.

Aussi, ce taux important de femmes sur ce réseau social serait lié à la dopamine ! Ainsi, Pinterest est qualifié d’application obsessionnelle. Ce site étant tellement bien conçu, les femmes en sont satisfaites, leur dopamine n’en est donc que plus stimulée.

A l’opposé, les hommes sont moins susceptibles de surfer à l’infini. Leur dopamine de la curiosité se dissipant plus rapidement, ils seraient laissés dans un état de frustration perpétuelle. Pour qu’un site comme Pinterest retienne l’attention d’un homme, il devrait plutôt s’appeler Pornterest.

Bien qu’il s’agisse d’une plaisanterie, il est néanmoins certain que nos cerveaux fonctionnent différemment. Face aux réseaux sociaux, on constate que les hommes sont programmés pour atteindre un but particulier le plus vite possible. Les femmes, elles, souhaitent s’assurer une impression de continuité. Ce qu’elles font notamment au travers de la perpétuelle recherche de nouveaux contenus.

Malgré leurs tendances obsessionnelles, les femmes utilisent davantage les divers paramètres de confidentialité et n’autorisent l’accès à leur profil qu’à leurs amis.

Dans leur quête du « tout, tout de suite », les hommes sont plus nombreux à publier des contenus qu’ils regrettent par la suite.

Cette étude nous prouve donc que les réseaux sociaux sont aujourd’hui un nouvel outil capable de démontrer les différences de visions qu’il existe entre les hommes et les femmes de par leurs façons distinctes d’utiliser les outils à disposition.

Et vous, que vous soyez un homme ou une femme, vous reconnaissez-vous dans ces diverses utilisations ?

Chercher un emploi grâce au net

Exclusive et originale, la recherche d’emploi peut se révéler, de nos jours, sous beaucoup d’aspects. On est bien loin maintenant du porte à porte pour distribuer son curriculum vitae longuement travaillé et sa lettre de motivation écrite à la main. A l’heure du web 2.0 et des réseaux sociaux, certains regorgent d’originalité pour se faire remarquer par des recruteurs éventuels.http://bit.ly/Jz4A1S

Parmi les méthodes devenues classiques pour les utilisateurs acharnés de l’internet, on trouve les réseaux sociaux dits professionnels tels que Linkedin et Viadéo. Le principe est alors simple, se créer un CV en ligne (écrit ou vidéo), faire parler de soi et se faire remarquer par le recruteur.

Il existe d’autres réseaux moins professionnels mais également utilisés, comme Facebook par exemple. Mais, attention à ce que vous affichez librement sur votre profil. Un profil « fermé » empêchera le recruteur de vous remarquer mais un profil « ouvert » peut se révéler dangereux si vos amis vous font des blagues de mauvais goût ou si une photo peu avantageuse de votre dernière sortie se retrouve en ligne. Conseil de rigueur, soignez votre liste d’amis et tenez-les au courant de votre ambition.

Parmi les plus entreprenants, certains vont jusqu’à se créer un site personnel pour leur recherche d’emploi. Bien sur, nous ne manquons pas de remarquer que les nouvelles tendances en matière de recherche d’emploi sont très étroitement liées à la fonction recherchée. Pour un web designer, se créer un site est une bonne façon de présenter ses compétences.http://bit.ly/d9dzZu

Par contre, pour une personne qui cherche un emploi dans l’agronomie (pour prendre un exemple mais on pourrait en citer bien d’autres), ça semble peu approprié, et la distribution de CV semble toujours plus adéquate.

Il ne faut pas oublier que les réseaux sociaux ont, en premier lieu, un but de rassemblement de personnes autour de points communs, que ce soit une profession ou un hobby. Même si c’est plus traditionnel, le CV et la lettre de motivation restent des éléments clés dans le recrutement pour énormément de secteurs.

Et vous alors, jetteriez-vous votre CV dans la corbeille ou continueriez-vous le porte à porte ?

http://bit.ly/hohY9L

Facebook and World of Warcraft addicts, vous êtes pareils !

Chacun a son pêché mignon, une chose à laquelle on ne peut pas résister quand on y est confronté : le chocolat, les chips, … Facebook ou encore World of Warcraft ! Et oui! Nombre d’entre nous ne peuvent pas se passer de nos doses quotidiennes d’activités de profiler assidu sur Facebook ou encore de sessions intensives de gaming à la “no life” sur des jeux en ligne tel que World of Warcraft (abrégé Wow).

Comment est-ce possible que ces plateformes virtuelles puissent avoir un tel pouvoir d’attraction et d’adhésion sur nous, pauvres internautes ou gamers sans défense?

Voici quelques notions à comprendre avant d’aller plus loin dans la tentative de réponse à cette question:

WORLD OF WARCRAFT
Le jeu World of Warcraft (créé en 2004 par Blizzard Entertainment) fait partie de la famille très populaire des MMORPG, autrement dit les “ Massively Multiplayer Online Role Playing Games ”.  Ces jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs ont tous les mêmes caractéristiques: vous incarnez un personnage doté d’une personnalité (une sorte d’avatar à la James Cameron) et vous jouez le rôle de ce personnage dans un monde virtuel accessible à un très grand nombre d’autres joueurs simultanément.

Dans Wow, vous évoluez dans un univers fantastique entouré d’orc, de dragons, d’elfettes et autres créatures incroyables. Votre personnage, c’est votre propre création. Elle participe à l’évolution d’un univers ayant tout des caractéristiques de la vie réelle et actuelle.

En effet, il est possible de développer des relations amicales, professionelles et commerciales dans un univers gouverné par le pouvoir, le mérite de savoir bien jouer et la recherche de profit! Dans le jeu, on peut se rassembler dans des guildes partageant les mêmes buts: parvenir ensemble à tuer des boss diaboliques, dans un esprit d’équipe soudée, de fun ou de sérieux complet (à très haut niveau et en mode difficile).

En plus de son côté ludique de jeux vidéo, World of Warcraft a eu l’intelligence de proposer aux joueurs des moyens de communication faciles entre eux.

C’est une des raisons de son succès international. Ce MMORPG a dépassé ses concurrents car il a incorporé dans sa façon de fonctionner une capacité élevée d’interaction sociale avec les autres joueurs. Ceux-ci représentent en effet une réelle communauté virtuelle (plus ou moins 11 millions de joueurs à travers le monde! Imaginez toute la population belge rassemblée au même moment dans un espace virtuel partageant les mêmes buts et intérêts…eurhm…).

C’est un jeu basé sur la coopération, la construction d’équipes, la compétition et le networking ! Comme le dit si bien l’auteur de blog Stuart Foster: « Wow c’est un peu comme le monde du business (sauf qu’il ya plein de dragons en plus)« .

FACEBOOK
Facebook, c’est comme un grand pays! C’est puissant, ça gouverne nos vies et ça a une population plus ou moins grande : 800 millions d’utilisateurs actifs ! (Soit le nombre d’habitants de l’Union Européenne + celui des Etats-Unis – ou soit 800 mille fois plus que le nombre de joueurs de Wow).

Facebook, tout le monde connaît et tout le monde like: Un profil représentant le double de soi-même expansé: des centaines d’ “amis » avides d’actualités et de notifications, avec qui partager des informations, des faits quotidiens, des blagues, des photos et vidéos toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Mais attention! A cause de leurs avantages de partage social, ces deux plateformes représentent dans certains cas un risque: une dépendance profonde à laquelle il est parfois difficile d’échapper.

POURQUOI LES COMPARER ?
Ce qui est intéressant, c’est de voir ce que les deux partagent en commun: la social networking practice, une expérience de sociabilité originale. C’est un concept très (trop?) tendance aujourd’hui. Pour être, il faut être mais avec les autres! C’est le côté “ensemble” qui attire et c’est bien normal.

Grâce à ce genre de plateformes, on expérimente virtuellement une communication nouvelle et de façon non traditionnelle. C’est ce qui représente un atout majeure pour Facebook et Wow. Que ce soit l’un ou l’autre, on nous fournit la possibilité de participer à une forme de microcosme de vie particulier dans un espace digitale différent de notre vie “normale”.

Alors, selon vous, que représentent ce types de réseaux social? Des formes de loisirs, de dépendance ou de trop grande implication dans notre vie actuelle?

En attendant vos commentaires, si vous éprouvez du mal à arrêter Facebook ou World of Warcraft, voici des conseils fort utiles :
How to quit FACEBOOK ? 
How to quit WORLD OF WARCRAFT ?

Bon jeu
++
J’aime
GG! ,
À vous de voir 🙂

Une odeur, une musique … un achat !

Nous le savons, tout est bon pour favoriser le comportement d’achat du consommateur. Les spécialistes du marketing ont désormais mis au point une nouvelle technique pour arriver à leur fin : le marketing sensoriel.

Plus précisément, le marketing sensoriel joue sur les cinq sens du consommateur. Il s’agit de vendre un produit en utilisant le sensationnel, l’émotion. En effet, l’utilisation des sens permet au consommateur de se relâcher, de ne plus penser comme un être rationnel ou logique mais bien de se laisser guider par ses sens, ses envies, ses besoins.

Pour chaque sens, il existe un marketing sensoriel : La vue et le marketing visuel, l’ouïe et le marketing sonore, le goût et le marketing gustatif, le toucher et le marketing tactile, l’odorat et marketing olfactif.

Selon Marc Filser, professeur à l’université de Bourgogne, le marketing sensoriel pourrait se définir comme suit : « Le marketing sensoriel se définit comme l’ensemble des variables d’actions contrôlées par le producteur et/ou le distributeur pour créer autour du produit ou du service une atmosphère multi-sensorielle spécifique, soit à travers les caractéristiques du produit lui-même, soit à travers la communication en sa faveur, soit à travers l’environnement du produit au point de vente ».

Ce type de marketing est très important pour les entreprises. Plus que de favoriser la vente d’un produit spécifique, le marketing sensoriel leurs permet de se différencier, face à une concurrence grandissante et des produits atteignant un degré de qualité plus ou moins équivalent. Par conséquent, il s’agit de la personnalisation et de la création d’une identité spécifique pour la marque. De plus, le marketing sensoriel permet la fidélisation de la clientèle. Le client réagit différemment de magasin en magasin, de marque en marque, et surtout d’ambiance en ambiance. Tout est créé pour faire vivre au client une expérience sensorielle spécifique, destinée à l’achat.

La plupart des enseignes et des marques utilisent ce type de marketing. Prenons, par exemple, le magasin JBC, en Belgique, qui diffuse une odeur fraîche dans toutes ses enseignes, ou encore un opticien qui diffuse une odeur  de “Caraïbes et Fleur de Tiaré” dans sa boutique pour favoriser la vente de lunettes de soleil.

Voici un extrait vidéo qui vous permettra de mieux comprendre le phénomène de marketing sensoriel en magasin.

Mais attention, le marketing sensoriel n’est pas qu’affaire de sensations directes. Il peut également faire référence à des sensations de toucher, de sons, de réaction, indirectes, comme l’illustre cette publicité pour la Peugeot 208.

Pour finir, nous vivons tous des expériences sensorielles différentes. Quand le temps du shopping sera arrivé, il va falloir faire attention à notre portefeuille ! Alors, sommes-nous prêts à laisser libre cours à nos sens ou la raison est-elle toujours plus forte ?

Personal branding : la clé pour se valoriser

Marre de voir toujours les mêmes marques mises en valeur ? Vous souhaiteriez voir un paysage publicitaire différent ? Starlettes du web et petit écran vous assomment ?

Devenez dès aujourd’hui le people de demain. Aujourd’hui c’est possible, en devenant tout simplement votre propre marque !

Vous pensez n’avoir rien de particulier à mettre en valeur, vous croyez n’avoir aucun incroyable talent à partager sur la toile ?

Peu importe votre fonction, votre position dans une entreprise, le personal branding s’applique à tous ceux qui veulent  parler et faire parler d’eux.

Prenez le temps de vous admirer, regardez-vous dans un miroir et demandez-vous ce que vous faites de mieux, quelles sont vos qualités, vos compétences, vos atouts. Qu’ils soient intellectuels, physiques, que vous défendiez votre intelligence émotionnelle ou votre lucidité artistique, n’ayez pas peur de vous présenter au monde comme quelqu’un d’exceptionnel.

Car c’est ce que vous êtes !

Le personnal branding est une méthode clé qui va vous aider à vous présenter  comme la personne à voir et à connaître. Tous les outils de communications modernes ainsi que les outils professionnels vont être sollicités pour vous permettre de devenir the «It girl» ou «it boy»  !

Réseaux sociaux, CV, site internet et blog vont parler de vous.

Très vite, les gens s’intéresseront à vous et à ce que vous êtes et par la même occasion à ce que vous faites !

Cette vidéo concentre trucs et astuces pour mettre en valeur votre personal branding !

Quand relation extraconjugale rime avec produit commercial!

L’adultère a toujours existé. Cependant, il aura fallu attendre les prouesses d’Internet pour faciliter celui-ci.

Certes l’adultère peut survenir suite à une rencontre fortuite mais lorsqu’un jeune américain, Teddy Truchot, décide en 2009 de faciliter ce genre de relation via la création d’un site de rencontre exclusivement dédié à cette démarche, on doute qu’il s’agisse encore d’une erreur de passage. C’est ainsi que le site Gleeden.com a vu le jour. Les lovers de l’ombre n’ont dès lors plus à cacher leurs réelles intentions sur les sites de rencontre tels que Meetic, ni même à appâter le poisson pendant des heures sur Facebook ou MySpace.

Il ne suffit que de quelques clics finalisés par le paiement de son inscription pour devenir un ou une infidèle assumé(e). En effet, grâce à Gleeden la tromperie n’en est plus une. Mieux encore, ce n’est même plus un mensonge. De par son unique présence sur le site, l’internaute affiche clairement son intention et son envie de commettre l’adultère ! Décidément, on se marie vraiment pour le pire.

Même si l’on peut qualifier le but de ce site choquant, certains se défendant qu’il s’agit de vivre avec son temps et les facilités que l’on nous offre, le plus choquant est de promouvoir l’adultère et Gleeden l’a fait !

Le lundi 20 février 2012 à l’occasion de la sortie du film Les Infidèles avec les acteurs Jean Dujardin et Gilles Lellouche, Gleeden a lancé sa campagne publicitaire. Ainsi, ce ne sont pas moins de 1.500 affiches qui ont envahi la Belgique.

« Contrairement à l’antidépresseur, l’amant ne coûte rien à la sécu », on pense d’abord à une bonne blague. Puis, en scrutant ces affiches et ce slogan on se rend compte qu’il s’agit de la promotion d’un site pro-adultère.

Même si le slogan et l’image (une pomme croquée) déroutent le public, c’est surtout l’idée d’inciter les personnes mariées à faire des rencontres qui le choque. Une plainte a dès lors été déposée au Jury d’éthique publicitaire.

Gleeden a bien évidemment assuré sa défense en avançant l’argument que le marché des rencontres comprenant déjà quantité de sites ayant leur spécificité (pour les gays, les juifs, les musulmans etc.), Gleeden est quant à lui un site conçu comme une plateforme communautaire sur laquelle il est possible d’échanger des conseils, son désir d’adultère…

Gleeden se vante même d’avoir une portée sociologique en publiant des études sur les thèmes de l’avenir du couple, les valeurs du couple… Qui l’eut cru que l’adultère était plus qu’une partie de jambe en l’air !

En résumé, Gleeden souhaite tout simplement nous rendre heureux et le prône tout au long du site «habituez-vous à être heureux».

C’est sûr payer pour se rencontrer puis copuler et ensuite divorcer, fallait y penser !

Et vous, pensez-vous qu’il faille promouvoir de tels sites ? Votre avis nous intéresse !